Mental détox

avec les quatre accords Toltèques de Don Miguel Ruiz

Cet été, je vous propose de plonger ou de replonger dans un ouvrage de référence dans le monde du développement personnel : Les quatre accords Toltèques de Don Miguel Ruiz

Le saviez-vous ?

Toltèque signifie artiste, dans le sens où nous sommes tous des artistes et notre plus belle création est notre vie. L’idée est bien évidemment de se créer la vie la plus belle possible, en fonction de ses valeurs, de ses critères, de ses potentiels qui sont propres à chacune et chacun d’entre nous, et c’est précisément l’objectif du blog de Sophie et de sa pratique de naturopathe !

Qui est Don Miguel Ruiz ?

Don Miguel Ruiz est né au Mexique dans une famille où il a appris que tout était possible. Il consacre sa vie à transmettre les enseignements qu’il a reçu de sa mère guérisseuse et de son grand-père, chaman, tout cela après avoir fait des études de médecine et pratiqué en tant que médecin-chirurgien.
Il a condensé cet enseignement dans son livre : Les quatre accords Toltèque écrit en 1997 et traduit en 36 langues. Son objectif : plus nous serons à être touchés par son message, plus nous serons acteurs de notre vie et plus le monde sera apaisé.

À lire et relire

Pour moi, c’est un livre à lire et relire, comme une cure détox que l’on renouvelle à chaque saison pour notre bien-être. Nous approfondissons son message à chaque lecture et le découvrons sous un autre angle en fonction de notre état intérieur.
Simple et ô combien efficace, il nous permet de passer de nos états de victimes à celui de guerrier. Le guerrier, selon Don Miguel Ruiz, est celui qui met en doute ce qu’il a appris, ce qui lui permet de changer ses croyances, bien souvent limitantes, pour marcher sur son propre chemin, en se faisant confiance.

Un préalable : arrêter de vouloir être parfait

Le préalable à cette transformation est de cesser d’essayer d’être parfait. Penser atteindre la perfection est le plus grand mensonge de l’humanité selon l’auteur. Cela résonne comme une lapalissade mais… qui d’entre nous ne s’évertue pas chaque jour à vouloir être parfait, quitte à se gâcher la vie ? Le prix à payer n’est-il un peu trop fort ? Et si nous commencions par lâcher cette croyance de vouloir être parfait : prêts pour ce défi ?

Petit tour d’horizon des 4 accords

Les quatre accords sont des règles qui peuvent paraître simplissimes mais méfiance : les choses simples sont parfois les plus difficiles à mettre en place. Ils sont en effet simples et ont de puissants effets positifs quand on les pratiques.

1. Que votre parole soit impeccable
La parole est un des outils les plus puissants que nous ayons. Pour preuve, on se souvient longtemps de paroles blessantes ; ou encore, on se détruit soi-même à force de se répéter « je suis nul(le), incapable, faible, gros(se), … ». Ces paroles polluent littéralement notre mental. Pour vivre mieux, il est donc important d’avoir une parole impeccable vis à vis de soi-même et des autres.

2. Quoiqu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle
Nous ne sommes pas la cause des actes d’autrui : ce que les autres disent et font est une projection de leur propre réalité, de leurs rêves, de leurs peurs, etc. Les paroles et les actes des autres ne nous concernent donc pas directement : ce sont des éléments extérieurs à nous et nous avons le choix de nos propres réactions face à cela. Nous avons le choix de nous poser en tant que victime ou pas.

3. Ne faites pas de supposition

Plutôt que de ruminer seul(e) dans son coin parce que l’on a interprété ce qu’a dit ou fait l’autre, pourquoi ne pas avoir le courage d’aller le voir et de lui poser des questions : communiquer clairement avec les autres est la seule façon d’éviter les malentendus, drames et leurs lots de tristesse, colère ou amertume. Nous sommes tous abonnés à ce genre de situation où l’on se fait tout un (mauvais) film sur une situation donnée en faisant des suppositions qui se révèlent trop souvent totalement hors de la réalité !

4. Faites toujours de votre mieux

Nous n’avons aucune obligation de réussir, juste celle de faire de notre mieux. Cela évite de se juger, se culpabiliser, d’avoir des regrets. Utiliser nos capacités au maximum, accepter d’être imparfait et être indulgent avec soi : voilà où se situe notre responsabilité. Faire de son mieux, c’est savoir quelle est la bonne tension de l’élastique : entre le pas assez (où on s’ennuie, où l’on n’est pas motivé ni challengé, où l’on ressent de la frustration) et le trop (où l’on se met en difficulté, où l’on donne trop d’énergie, où on ressent angoisse et stress).

Petits exercices de vacances

  • Pensons à valoriser nos atouts et ceux des autres au lieu d’exprimer des paroles négatives.
  • Apprenons à prendre du recul face aux actes et paroles des autres, sans être directement touché.
  • Posons des questions claires plutôt que de se lancer dans des suppositions.
  • Trouver le juste équilibre pour faire de son mieux en tout occasion : ce qui est juste pour soi ne vient pas des autres, mais de soi.

Pour changer le monde, le plus simple est de commencer pas se changer soi-même.

J’espère vous avoir donné envie de lire ou relire cet ouvrage. Et si vous avez d’approfondir vous pouvez enchaîner sur la lecture de : Le cinquième accord Toltèque, la voie de la maîtrise de soi, Don Miguel Ruiz et Don José Ruiz.

Bon été à vous et bonnes lectures.

Nathalie Guillaumin-Pradignac